Publié le : 18 février 20226 mins de lecture

Depuis le mois de mars 2021, le ministre des solidarités et de la santé a autorisé l’expérimentation du cannabis thérapeutique dans 215 structures, toutes volontaires. Seuls, les malades atteints de pathologies bien spécifiques pourront, pour le moment, bénéficier de ces traitements, notamment délivrés sous forme d’huile et de fleurs séchées. Si la France a de nombreuses années de retard dans la mise en place de ces essais, de nombreux pays utilisent déjà le CBD pour soulager les douleurs entre autres.

Notre pays a par ailleurs bien du mal à autoriser l’utilisation de ce produit dans sa globalité, puisque qu’en janvier de cette année, le Conseil constitutionnel a validé l’arrêt du gouvernement spécifiant l’interdit de la vente de fleurs de CBD aux consommateurs lambdas, voici un site qui vous aidera si vous voulez en savoir plus.. Les batailles judiciaires risquent donc d’être encore très longues …

L’histoire du cannabis thérapeutique

En 1940, Roger Adams parvient, pour la première fois, à isoler la molécule du cannabidiol. Mais, ses travaux n’ont pas été achevés. Ce n’est qu’un 1963 que Raphaël Mechoulam reprend les travaux du professeur et parvient à déterminer l’exacte structure moléculaire du CBD. Après plusieurs essais sur des primates, l’équipe médicale s’est rendue compte que cette molécule n’avait aucun effet psychotrope, mais, au contraire, que des vertus thérapeutiques pouvaient lui être attribuées. Dès lors, plusieurs pays se lancent dans des expérimentations et les résultats positifs commencent à éveiller l’attention. Des traitements sont tentés avec succès notamment sur des épileptiques. Puis, les douleurs inflammatoires résistantes aux médicaments classiques sont aussi soulagées par la prise de cannabis thérapeutique. Petit à petit, on découvre toutes les vertus. En France, ce n’est qu’en 2018 que le CBD est autorisé à la vente.

Le CBD et son fonctionnement

130 cannabinoïdes composent le chanvre, mais deux sont plus connus : le THC pour ses effets planants et le CBD pour ses vertus thérapeutiques.

Chaque corps humain possède un système nerveux, un système immunitaire et un système endocannabinoïde. Moins connu que les deux précédents, celui-ci est cependant principal. En effet, il régule la glycémie, le rythme cardiaque, il contrôle l’appétit, gère la mémoire, le sommeil, la gestion du stress … En bref, son bon fonctionnement est le garant de la régulation de notre équilibre intérieur.

Ce système est principalement composé d’enzymes et de deux récepteurs nommés CB1 et CB2. C’est notamment sur ce dernier que le CBD va venir se fixer, tandis que le THC agira sur le CB1.

La prise de CB2 permet au cerveau de déclencher une libération de sérotonine, induisant de fait un effet anxiolytique. Les récepteurs CB2 se retrouvent au niveau des amygdales, du pancréas, des ganglions lymphatiques et des leucocytes. Dès leur activation, des endorphines provoquent un soulagement des douleurs, quelles qu’elles soient.

D’autre part, le CBD semble contrer les effets des récepteurs CB1. Cette découverte permettrait de traiter les addictions aux opiacés notamment.

L’achat de CBD

Il faut être vigilant quant à l’achat de ce produit. La loi, très stricte, se doit d’être respectée et c’est l’un des premiers critères à vérifier. Vous pouvez par ailleurs lire les avis sur le revendeur, mais en premier lieu, choisissez un professionnel qui décrit sans ambigüité la provenance du cannabis et la composition détaillée des produits en vente. Le taux de THC doit systématiquement apparaître, ainsi que la traçabilité.

Le prix reste un critère déterminant, mais ne soyez pas attiré vers des coûts trop bas. Ceux-ci sont en effet révélateurs d’une qualité de produits médiocre, mais aussi d’une méthode d’extraction qui peut être dangereuse. Il en existe trois. L’extraction par solvants et l’extraction par huiles sont à bannir. La première laisse des traces de solvants dans le produit fini qui peuvent s’avérer nocives pour la santé. La deuxième méthode donne un résultat sans résidus, mais de mauvaise qualité.

Il convient donc de privilégier la méthode par CO2, qui demande un matériel spécifique d’extraction onéreux. Les cannabinoïdes et les terpènes sont séparés grâce à la pressurisation du dioxyde de carbone et le résultat est particulièrement fiable en termes de qualité du produit.

Il est ensuite nécessaire de choisir la concentration en CBD. Tout bon revendeur pourra guider l’acheteur et le conseiller pour choisir le meilleur taux, en fonction des effets désirés.

Le CBD, produit phare, livre petit à petit ses secrets. Ainsi, de plus en plus de personnes consomment cette molécule que ce soit pour un simple moment de détente ou pour soulager des pathologies plus lourdes.